Pages

vendredi 9 novembre 2012

Dreamcatcher - Les Limbes d'Em Moï

Em Moï est silencieuse mais elle a le regard dur et culpabilisateur.
Elle est modelée dans l’argile, grésée puis enfumée. Le carbone de l’enfumage est venu se nicher aux creux des yeux, leur apportant profondeur et dureté.

Elle est emprisonnée dans une cage en forme de cube dont il ne reste que les arêtes.

Elle lévite « lourdement » au milieu, dans une gangue métallique de fers à béton déformés selon les courbes de sa tête d’hydrocéphale.

Ce cube est installé à hauteur d’yeux, de sorte qu’on soit à même de confronter notre propre regard à celui de la petite fille. Il est tenu par des filins en haut et en bas, semblant vouloir étirer encore plus la structure en métal.
Cet état de fait est propre aux limbes, lieu par excellence de l’oscillation et du tiraillement entre la vie et la mort. 






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire